lundi 1 mai 2017

Ego Journal 65

Me voici face à un volcan qui veut tout détruire, tout saccager, toute cette histoire que je pensais magnifique est réduite en cendres, piétinée par des mots glaciaux. La haine s'est emparée de mon âme sœur, et je ne sais même pas pourquoi.
Moi qui est tant fait, qui est aidé du mieux que je pouvais, elle et ses proches, me voici récompensé d'un lynchage sans jugement ni défense, et contre lequel je ne veux agir, car je l'aime.

Aller jusqu'à dire qu'elle n'aurait jamais voulu me connaître ! C'est sans doute le pire que l'on pouvait me souffler à l'oreille, moi, empathique maladif, qui l'est soutenue, portée le plus haut que je pouvais. Alors oui, je ne suis pas parfait, mais je suis loin d'être ce monstre qu'elle décrit avec tant de forces et de violences.



Me voilà donc face à cette vindicte, sans même pouvoir comprendre les raisons et le cheminement d'une telle trahison. Mais je ne veux pas emprunter ce chemin, car je l'aime et je la respecte. Je ne la connais que trop, mais je ne pensais pas qu'elle puisse être ainsi, un jour, avec moi.
La séparation fut son choix, pas le mien, obligé de quitter le foyer de notre amour pour lui rendre cette liberté qu'elle appelait de ses vœux. Par amour, par respect, je l'ai accepté, même si je n'étais pas en accord avec ce choix.
Me promettre l'amitié, le grand frère qu'elle voit en moi, pour finir par cette haine sans limite ! Comment Dieu est-ce possible ? Qu'ai-je donc fait pour mériter cela, moi qui depuis cette séparation ait fait tout ce que je pouvais pour lui faciliter la vie, sa nouvelle vie ? Quel est donc le crime que j'ai pu commettre et que j'ignore ?

Me voici donc face à un choix, et ce choix je le fais en conscience. Puisqu'elle ne vit plus définitivement sur la même planète que moi, par son choix et non le mien, il me faut alors me préoccuper de ceux qui me préoccupent depuis des années, hormis elle : mes enfants !

Je vais donc me battre, s'il le faut contre celle que j'aime, puisque ce n'est plus la même personne (là aussi, mal compris sans doute : me battre contre elle signifiait placer le jugement devant un tiers, mais en aucun cas lui portait atteinte, j'ai trop de respect pour elle pour sombrer dans ses errements, ses destructions réciproques qui ne construisent rien). Elle est devenue quelqu'un d'autre. Sous quelle influence est-elle devenue ainsi ? Maudit soit celui ou celle qui l'a ainsi pervertie ! Elle était un ange, et je ne la reconnais plus.

Ce sont mes fils, ma bataille ! Rien ne m'arrêtera car il s'agit de la chair de ma chair, le sang de mon sang, des esprits agiles et riches qui méritent de vivre dans un univers beau et ouvert, et non cette haine invraisemblable.

Je ne sais si cette bataille, je la gagnerais, mais j'irais jusqu'au bout ! J'en suis convaincu, je veux vivre avec eux, les aider, les aimer, les soutenir, et je pense être le mieux placé. Je sais, cela peut sembler sévère. Mais en agissant aussi ainsi, je permets à ma Roxane de redevenir une Roxane pour un autre que moi, débarrassée du poids des enfants. C'est aussi une forme de liberté que je lui offre, totale. Évidemment, elle ne verra pas la chose de la même manière, mais moi, j'ai ma conscience pour moi et ma raison.

Après l'abandon, maintenant me voici honnit ! Quelle douce attention...